Kaepernick a crevé l’abcès

Pentagon

05 Sep 2016 - par Médo

Kaepernick a crevé l’abcès

Pentagon

05 Sep 2016 - by Médo

picto-pentagon

Le footballeur américain Colin Kaepernick est un être humain rempli de sensibilité. Américain de sang et de cœur, il est devenu depuis la fin du mois d’août, la cible des médias qui lui reprochent d’avoir bafoué l’hymne national à quelques minutes du coup d’envoi d’un match officiel. S’il existe bel et bien un message de paix derrière tout cela, il ne cesse de diviser un peuple, déjà bien perturbé en vue des futures élections présidentielles de novembre prochain.

En refusant de se lever au moment de célébrer l’hymne américain « The Star Spangled Banner », Colin Kaepernick a pris ses responsabilités de sportif de haut niveau, lui aussi affecté par ce regain de racisme ambiant qui sévit aux États-Unis, alimenté au quotidien par les déclarations sulfureuses d’un Donald Trump, candidat à la présidence en perte de vitesse. Lors de la rencontre « San Francisco 49ers – Green Bay Packers » du 26 août dernier, le « quarterback » vedette s’est attaqué à un symbole du pays, auquel il ne vaut mieux pas toucher si l’on ne veut pas s’attirer les foudres de toute une partie d’une population trop patriote. Pas forcément fier d’avoir été irrévérencieux vis à vis du drapeau de sa terre natale (il est né à Milwaukee dans le Wisconsin), il a pleinement assumé son attitude, saisissant l’opportunité pour faire passer son message sitôt le match terminé. Deux poids, deux mesures… 

« Je dis la vérité, je ne veux pas me repentir pour cela. Ce pays doit changer ! »

Extraits choisis (Colin Kaepernick)

En tant que joueur métis, il a estimé qu’il devenait publiquement nécessaire de monter au créneau, afin de critiquer notamment certaines pratiques récurrentes de certains policiers vis à vis du peuple afro-américain, sans oublier la prolifération de l’utilisation des armes à feu, un vrai fléau qui gangrène le pays du « Premier amendement ». Avant lui, d’autres sportifs issus du monde du basket-ball avaient pris la parole, sans toutefois passer à l’acte par le biais d’un geste « fort ». Parmi eux, l’illustre Michael Jordan – dont le père a été assassiné en 1993 – est récemment monté au créneau. Il avait été discret jusque là, en juillet dernier il a enfin fait part de ses états d’âme au site The Undefeated

Dès le lendemain des déclarations de Kaepernick, la cousine de Dwayne Wade (joueur NBA des Chicago Bulls) – Nykéa Aldridge – se prenait deux balles perdues à Chicago suite à un règlement de compte entre gangs, laissant quatre enfants orphelins. Évidemment, rien n’est lié entre les deux épiphénomènes, le constat parle juste de lui même. La criminalité est devenue plus que monnaie courante, quel que soit l’endroit du territoire fédéral. L’année 2016 elle, explose tous les records en terme de statistiques de tués par balle. Rien ne certifie que ces chiffres baisseront, au contraire on sent qu’ils peuvent augmenter à tout moment vu l’ambiance qui règne chez « l’Oncle Sam ». 

Un coup d’épée dans l’eau ?

Érigé au rang de superstar de la NFL (ligue américaine de football américain) depuis qu’il a fait partie de l’épopée Superbowl en 2013 (finale perdue face aux Ravens de Baltimore), Kaepernick n’oublie pas ce qu’il vit au quotidien, au contraire il se considère lui aussi une victime collatérale. « Des gens autour de moi subissent les faits que je réprimande. Cette violence, je ne l’invente pas, je la vois moi-aussi. » Si beaucoup approuvent l’intégralité de ses propos, l’acte en lui même (relayé par son coéquipier Eric Reid) a suscité de nombreuses contestations le jour J, parce qu’il n’était absolument pas prémédité. Un vrai ras-le-bol ! Kaepernick a opté pour la rebellion, quitte à devenir un paria dont la tête pourrait devenir secrètement mise à prix. 

Conspué par une minorité d’ignorants de la foule à San Diego (où s’est disputée la rencontre), qui ne pouvait pas comprendre la symbolique du geste momentané, il a pris tout le monde au dépourvu, y compris certains joueurs du camp adverse qui lui ont reproché d’avoir manqué de respect à l’armée. Il se trouve qu’un contingent militaire chantait l’hymne ce jour-là, à l’occasion d’une commémoration particulière. Mauvais timing pour Kaepernick, qui s’est justifié et qui a regretté d’avoir manqué de respect à cette institution envers laquelle lui aussi avait brièvement collaboré par le passé. Les explications devenaient donc nécessaires, pour définitivement justifier ce comportement tendancieux en plein direct télévisé. De toute manière, chacun y interprètera le message qu’il a envie de comprendre. Quelques jours plus tard, l’internationale de football Megan Rapinoe a imité son homologue des 49ers par solidarité envers les opprimés des minorités. Même si elle est de race « blanche », la joueuse-homosexuelle- en connaît un rayon sur la privation de certaines libertés. Elle a jugé important de soutenir la cause, quitte à recevoir une sanction.

L’hymne et l’unité nationale remis en question

Kaepernick s’est-il dangereusement exposé en agissant ainsi ? Première certitude,  il est devenu un symbole d’une Amérique se définissant comme  « unie » au sens propre, à moins de trois mois des élections américaines, prenant position pour un avenir plus sécurisé. Côté républicain, Donald Trump s’en est donné à cœur joie et a été sans pitié pour le félon : « Il a été exécrable (…) Je lui conseille de se trouver un pays plus adapté ». A l’inverse chez les Démocrates, siégeant à la Maison Blanche, on lui a accordé un soutien tout en s’impliquant au minimum : « Chacun peut proférer ses idées librement . »   Son club de Francisco le soutient et ne le sanctionnera pas, même s’il a menacé de rester de marbre à nouveau, lorsque l’hymne serait entonné à l’avenir. Outre le contexte politique majeur, cette protestation a également permis de soulever la question de l’utilité de l’hymne avant un événement sportif. A quoi sert-il vraiment ? Pourrait-on s’en passer à l’échelle sportive ? 

Tous les porte-paroles de chaque ligue américaine ont réagi sur le sujet, et certains sont d’accord sur le fait qu’il faille réfléchir et s’adapter aux temps modernes. En base-ball, on le joue depuis le milieu de 19e siècle avant chaque match, autant vous dire qu’il sera compliqué de s’en priver, tout comme en football américain où il fait partie du folklore : « Nous estimons qu’il est formidable de communier ensemble en l’honneur de notre nation, et de songer à toutes les personnes qui ont construit et protégé notre terre. », soulignait Brian McCarthy, représentant de la NFL. La NBA ne s’en préoccupe plus depuis 1946 (par désir de protection), année de création de la ligue sus-nommée. Quant à la Ligue de Hockey sur glace (NHL), elle a remplacé « The Star Spangled Banner » par « God Bless America » dans les années 70. Chaque entité qui gouverne une instance sportive, selon ses positions, agit en toute indépendance et c’est aujourd’hui un « bordel sans nom » d’imaginer une régulation plus en adéquation avec les temps modernes.

Sources : (nytimes.com, foxnews.com)

Happy Kobe Bryant Day

Ils sont le "jazz" - Episode 1

Bercé par la culture nord-américaine depuis sa tendre enfance, Mehdi a longtemps été journaliste sportif en France et à proximité. Il reste également, un grand passionné de jazz et d'histoire de la musique.
2018
avril
05

Au fil des algorithmes #2

01

Devine qui vient "diner" ?

mars
16

Un soupçon de Louisiane à Toulouse

13

Du Brautigan à toutes les sauces

08

Au fil des algorithmes #1

05

Qui es tu Judah Roger ?

février
25

De l'or dans les crosses

14

Aux 4 coins du Déli Drop

05

Les Aigles ne voleront plus jamais avec les pigeons

janvier
26

Fanny sous le Grammy

21

Les "Kangourous" de la NBA

11

Le Buffalo Bide !

08

The Strokes y sont allés fort d'entrée

2017
novembre
19

Clermont-Ferrand fête la 30e de Jazz en Tête

02

Nicola Jokic, la « Pépite » de Denver

octobre
19

Del Bello nous donne son "hockey"

14

Quelle Bérézina pour les USA !

09

NBA : des Français à tous les étages

septembre
26

Kareem Hunt , nouveau "Chef" de Kansas

10

Sample Time : Quand le Hip-Hop pilla James Brown

juillet
23

Olafur Eliasson fait le MAC

19

Dédé la menace n'a plus peur de personne

12

Tom Tom Club, ou le coup de génie d’une moitié de Talking Heads !

04

50 années d'absence

03

Catch à l'Est

juin
13

Ils en ont plein le dos

06

Le Ghetto Blaster « Us Full Lab » #2

05

Quiz Michael Jordan, ce businessman #1

mai
30

La NASA reprend ses bouffées de chaleur

29

Golden State retourne à la chasse aux Cavs

22

Le "Ghetto blaster" UsFullLab #1

18

Black Hole Seum

16

Quiz Beyoncé Knowles ? #1

15

Le train est arrivé, Cooper s'en est chargé !

12

Même rengaine pour les Capitals

09

Lebron James a choisi la France

avril
20

Chine vs USA : Trump, tigre de papier ?

14

Donald Trump et le Vatican : incertitudes et différends

mars
12

Bientôt les playoffs !

06

Querrey redonne un léger sourire à sa patrie

février
27

Sacré baptême du feu pour Môssieur McCourt

07

A night to remember Mister Brady

05

Alex Morgan, une icône du foot féminin à Lyon

05

Immigration et criminalité: les Etats-Unis vont droit dans le mur

02

Quiz Mc's du hip hop #1

janvier
21

Road to the Superbowl #4: Houston, ils arrivent

19

"Alleycat" cet EP qui a du chien

19

Rencontre avec la photographe Dana Washington

13

Road to the Superbowl #3

12

La course au MVP

10

Quiz "Divas" ou presque #1

07

Road to the 51st Superbowl #2

04

"James Brown on the T.A.M.I Show ! "

2016
décembre
30

Obama : le jour d'après

30

Woods : après les bougies, le charbon !

09

Numz ouvre le bal

08

NBA #Week 6 : embouteillages à l'Est

07

Breakfast à la Française

06

Road to the 51st Super Bowl

02

Carolina Panthers : Pour réchauffer les cœurs

01

Cam Newton : Le Superman de la NFL

01

Charlotte Hornets : Il est l’heure de s’envoler

novembre
24

Quiz "Acteurs d'Hollywood" #1

22

NBA #Week 4 : Les cadors s'envolent

22

Ignacio Piatti : une star sur le tard

21

Muerte a Los Pixies !

20

Quiz "Michael Jackson" #1

18

Road trip entre Montréal & Toronto

16

NBA #Week 3 : Les fossés se creusent

14

"The Shins" enclenchent le 5e

09

Donald Trump vainqueur, le populisme au pouvoir

09

Un bon coup de batte

08

NBA #Week2 : du diesel dans certains moteurs ...

07

Mitchell a osé le Choco-wine

06

Trump / Clinton : démocratie, es-tu là ?

04

Par ici la monnaie !

01

"Une culture avant tout"

01

NBA #Week1 : Fallait vraiment pas être en retard !

octobre
31

Le clown "ricain" a le blues

29

Quiz "Tom Hanks"

27

An 53 après MJ : pourquoi il n'en restera qu'un !

27

La plus new-yorkaise des Californiennes

25

NBA : la playlist de la rentrée #1

23

Lillard lance sa saison avec The Letter O

20

Quiz Malcolm #1

19

Esperanza S, Emily D, peu importe !

19

Ce clin d'oeil au retrogaming

18

Kaepernick ou la reprise de la lutte

17

Ce jour où Coyote a presque obtenu gain de cause

14

Abdul-Jabbar ne doit rien au hasard

13

Matthews dans la légende en un seul match !

12

TAKE FIVE : le standard qui a failli passer à la trappe

11

"Hoops", I did it again !

10

"Five Guys" faudra repasser !

09

Pas touche à l'oseille du Grand-Père !

07

Quiz "Présidents des Etats-Unis" #1

07

Big Mac + Hip Hop = Flop

06

El Guaje poursuit son Eldorado

06

Minnie l'ange des 70's

05

Hope Solo garde espoir

04

Derniers presque Premiers

03

La voie "rock" du Sting

03

Et au final, c'est le pop-corn qui gagne

03

Horry : "Olajuwon le meilleur de tous"

01

Asur mélange volontairement ses pinceaux

01

BLACK LEGEND : les accords Blum-Byrnes

01

Nyne à la recherche du temps perdu

septembre
25

Coltrane/Davis : de l'eau dans le jazz

23

Des studios au terrain !

16

Ils causent aussi "ballon" ces Québécois

13

"Nola" les emballe tous !

09

Serena a dépassé le « Maître »

08

L'Académie des 9

07

Ils sont le "jazz" - Episode 1

05

Kaepernick a crevé l'abcès

août
29

Happy Kobe Bryant Day

21

Quiz Tony Parker

21
Featured Image Placeholder

Merci TP !

16

FOOD PORN : l'intouchable Cronut d'Ansel

juillet
31

Vers une MLS à la sauce « Big Brother » ?

16

Quiz Mc Donalds

juin
13

Crosby a remis la main sur son Précieux

13

Quiz - Géographie des Etats-Unis

mai
23

Obama deux mandats, deux visages

23

Charles Barkley attend toujours son heure