Esperanza S, Emily D, peu importe !

(R) Evolution

19 Oct 2016 - par Médo

Esperanza S, Emily D, peu importe !

(R) Evolution

19 Oct 2016 - by Médo

picto-ghetto-blaster

L’épuisante tournée mondiale d’Esperanza Spalding prendra bientôt fin, sitôt qu’elle aura bouclé son périple chez elle aux Etats-Unis. Depuis le mois de mars qui a vu la sortie de son 5e opus : « Emily’s D Evolution », la bassiste à la voix de velours prouve que sa métamorphose initiée il y a deux ans, lui permet de sensibiliser une audience encore plus diversifiée. Issue du monde du jazz, la surdouée qui vient de fêter cette semaine ses 32 ans, a ressenti un besoin de revenir sur son passé d’adolescente rebelle, s’accordant une seconde jeunesse, paradoxalement pleine de maturité. Benjamin Button existe vraiment et il est sacrément efféminé !  

A force d’être comparée toutes ces années à un petit chaton qu’on aurait tous envie de caresser (sans aucune arrière-pensée), Esperanza Spalding a décidé de bouleverser les codes et nous a présentés avec brio son double Emily D au printemps dernier, censé illustrer le côté rebelle d’une « jazz woman » bien trop sage en apparence. Au delà de la volonté de se faire une place parmi les vedettes du star-system qui vendent plus de 15 disques à l’année, Spalding impose de plus en plus la richesse de son registre, apportant des touches électriques de rock & de funk à sa musique habituelle, réputée plus douce et plus acoustique. Les mises en scène sont soignées, les improvisations se multiplient selon les ambiances et le travail effectué en amont rappelle celui d’autres artistes iconoclastes légendaires. 

Elle tire un trait sur le passé

Au placard la coupe afro et les petits chemisiers sobres de fille de bonne famille, place aux dreadlocks soigneusement négligées, aux lunettes d’intello à la Steve Urkel et à des vêtements aux couleurs beaucoup plus « flashy ». Ainsi, la schizophrène néo-ado ne passe plus inaperçue et heurte à présent un public beaucoup plus large qu’un temps soit peu. Mais inutile d’essayer de qualifier le contenu qu’elle propose, il s’agit principalement d’un projet vivant et évolutif sans la moindre limite : « Ces deux dernières années ont vraiment été marquantes pour moi. A travers ce projet, j’ai enfin pu comprendre qui j’étais et comment je pouvais faire passer mon message sur scène. » détaillait-elle au magazine Billboard entre deux concerts.

Peu avare en terme de débauche d’énergie, la sublime Esperanza Spalding n’est pas du genre à supporter les comparaisons avec autrui, y compris dès lors que l’on évoque telle ou telle influence. Depuis toute jeune et cette enfance défavorisée, qu’elle a vécue du côté de son Oregon natal, elle a rapidement compris que c’est par le travail exclusivement, qu’elle obtiendrait sa juste récompense, tôt ou tard. Bien que le sou manquait parfois à la maison, sa mère l’a toujours encouragée à s’investir un maximum dans la pratique du chant et d’un instrument, quitte à mettre une parenthèse à une scolarité standard. Le concept du hasard n’existe pas chez cette fonceuse, qui sous ses airs de brebis docile, cache une personnalité bien marquée.

Des nombreux sacrifices certes, mais grâce à ses éclairs de génie, la jeune prodige intégra rapidement la section musique classique de l’Université de Portland, puis devint boursière au très prestigieux Berklee College of Music à Boston, à l’opposé de son sérail (elle y est devenue la plus jeune enseignante à 20 ans). S’étant initialement focalisée sur le violon, elle avait entre temps, opté pour une transition avec une majestueuse contrebasse, sans laisser de côté le chant et les multiples exercices vocaux qui font son charme :

« Accompli n’est pas un terme qui colle à ma philosophie. Il y a chez moi, une constante recherche du progrès. Ce boulot d’artiste symbolise mon existence à part entière, je fonctionnerai ainsi pour toujours. »

Esperanza Spalding avant son relooking

Esperanza Spalding avant son relooking

Petite protégée du bassiste jazz-rock Stanley Clarke, Spalding a toujours su bien s’entourer et imposer discrètement ses directives. Depuis le candide Junjo, sorti il y a dix ans, elle n’a jamais cessé d’afficher ses progrès au fil de ses cinq albums en solo. Comme vocalement, elle n’a rien à envier aux divas, elle prend toujours autant de plaisir à se fixer elle-même des challenges bien complexes, pendant que d’autres préfèrent se reposer sur leurs récompenses du passé et relancer du réchauffé sans vergogne. Son exercice préféré du moment demeure celui d’écrire la même chanson en y modifiant les textes. Selon le contexte du concert qu’elle donne et selon son humeur de l’instant, car n’oublions pas qu’elle est assez versatile, ses « lyrics » peuvent varier à volonté. Avec Spalding, on n’a pas fini d’être surpris tant qu’elle prendra autant de plaisir à brouiller les pistes. Preuve en est, elle ne répond plus au doux prénom d’Esperanza qui lui seyait tant à merveille.  

(Sources Billboard / www.us-full.com)

Ce clin d'oeil au retrogaming

Quiz Malcolm #1

Bercé par la culture nord-américaine depuis sa tendre enfance, Mehdi a longtemps été journaliste sportif en France et à proximité. Il reste également, un grand passionné de jazz et d'histoire de la musique.
2018
avril
05

Au fil des algorithmes #2

01

Devine qui vient "diner" ?

mars
16

Un soupçon de Louisiane à Toulouse

13

Du Brautigan à toutes les sauces

08

Au fil des algorithmes #1

05

Qui es tu Judah Roger ?

février
25

De l'or dans les crosses

14

Aux 4 coins du Déli Drop

05

Les Aigles ne voleront plus jamais avec les pigeons

janvier
26

Fanny sous le Grammy

21

Les "Kangourous" de la NBA

11

Le Buffalo Bide !

08

The Strokes y sont allés fort d'entrée

2017
novembre
19

Clermont-Ferrand fête la 30e de Jazz en Tête

02

Nicola Jokic, la « Pépite » de Denver

octobre
19

Del Bello nous donne son "hockey"

14

Quelle Bérézina pour les USA !

09

NBA : des Français à tous les étages

septembre
26

Kareem Hunt , nouveau "Chef" de Kansas

10

Sample Time : Quand le Hip-Hop pilla James Brown

juillet
23

Olafur Eliasson fait le MAC

19

Dédé la menace n'a plus peur de personne

12

Tom Tom Club, ou le coup de génie d’une moitié de Talking Heads !

04

50 années d'absence

03

Catch à l'Est

juin
13

Ils en ont plein le dos

06

Le Ghetto Blaster « Us Full Lab » #2

05

Quiz Michael Jordan, ce businessman #1

mai
30

La NASA reprend ses bouffées de chaleur

29

Golden State retourne à la chasse aux Cavs

22

Le "Ghetto blaster" UsFullLab #1

18

Black Hole Seum

16

Quiz Beyoncé Knowles ? #1

15

Le train est arrivé, Cooper s'en est chargé !

12

Même rengaine pour les Capitals

09

Lebron James a choisi la France

avril
20

Chine vs USA : Trump, tigre de papier ?

14

Donald Trump et le Vatican : incertitudes et différends

mars
12

Bientôt les playoffs !

06

Querrey redonne un léger sourire à sa patrie

février
27

Sacré baptême du feu pour Môssieur McCourt

07

A night to remember Mister Brady

05

Alex Morgan, une icône du foot féminin à Lyon

05

Immigration et criminalité: les Etats-Unis vont droit dans le mur

02

Quiz Mc's du hip hop #1

janvier
21

Road to the Superbowl #4: Houston, ils arrivent

19

"Alleycat" cet EP qui a du chien

19

Rencontre avec la photographe Dana Washington

13

Road to the Superbowl #3

12

La course au MVP

10

Quiz "Divas" ou presque #1

07

Road to the 51st Superbowl #2

04

"James Brown on the T.A.M.I Show ! "

2016
décembre
30

Obama : le jour d'après

30

Woods : après les bougies, le charbon !

09

Numz ouvre le bal

08

NBA #Week 6 : embouteillages à l'Est

07

Breakfast à la Française

06

Road to the 51st Super Bowl

02

Carolina Panthers : Pour réchauffer les cœurs

01

Cam Newton : Le Superman de la NFL

01

Charlotte Hornets : Il est l’heure de s’envoler

novembre
24

Quiz "Acteurs d'Hollywood" #1

22

NBA #Week 4 : Les cadors s'envolent

22

Ignacio Piatti : une star sur le tard

21

Muerte a Los Pixies !

20

Quiz "Michael Jackson" #1

18

Road trip entre Montréal & Toronto

16

NBA #Week 3 : Les fossés se creusent

14

"The Shins" enclenchent le 5e

09

Donald Trump vainqueur, le populisme au pouvoir

09

Un bon coup de batte

08

NBA #Week2 : du diesel dans certains moteurs ...

07

Mitchell a osé le Choco-wine

06

Trump / Clinton : démocratie, es-tu là ?

04

Par ici la monnaie !

01

"Une culture avant tout"

01

NBA #Week1 : Fallait vraiment pas être en retard !

octobre
31

Le clown "ricain" a le blues

29

Quiz "Tom Hanks"

27

An 53 après MJ : pourquoi il n'en restera qu'un !

27

La plus new-yorkaise des Californiennes

25

NBA : la playlist de la rentrée #1

23

Lillard lance sa saison avec The Letter O

20

Quiz Malcolm #1

19

Esperanza S, Emily D, peu importe !

19

Ce clin d'oeil au retrogaming

18

Kaepernick ou la reprise de la lutte

17

Ce jour où Coyote a presque obtenu gain de cause

14

Abdul-Jabbar ne doit rien au hasard

13

Matthews dans la légende en un seul match !

12

TAKE FIVE : le standard qui a failli passer à la trappe

11

"Hoops", I did it again !

10

"Five Guys" faudra repasser !

09

Pas touche à l'oseille du Grand-Père !

07

Quiz "Présidents des Etats-Unis" #1

07

Big Mac + Hip Hop = Flop

06

El Guaje poursuit son Eldorado

06

Minnie l'ange des 70's

05

Hope Solo garde espoir

04

Derniers presque Premiers

03

La voie "rock" du Sting

03

Et au final, c'est le pop-corn qui gagne

03

Horry : "Olajuwon le meilleur de tous"

01

Asur mélange volontairement ses pinceaux

01

BLACK LEGEND : les accords Blum-Byrnes

01

Nyne à la recherche du temps perdu

septembre
25

Coltrane/Davis : de l'eau dans le jazz

23

Des studios au terrain !

16

Ils causent aussi "ballon" ces Québécois

13

"Nola" les emballe tous !

09

Serena a dépassé le « Maître »

08

L'Académie des 9

07

Ils sont le "jazz" - Episode 1

05

Kaepernick a crevé l'abcès

août
29

Happy Kobe Bryant Day

21

Quiz Tony Parker

21
Featured Image Placeholder

Merci TP !

16

FOOD PORN : l'intouchable Cronut d'Ansel

juillet
31

Vers une MLS à la sauce « Big Brother » ?

16

Quiz Mc Donalds

juin
13

Crosby a remis la main sur son Précieux

13

Quiz - Géographie des Etats-Unis

mai
23

Obama deux mandats, deux visages

23

Charles Barkley attend toujours son heure