« James Brown on the T.A.M.I Show ! « 

Leçon de "Just Dance"

04 Jan 2017 - par Médo

« James Brown on the T.A.M.I Show ! « 

Leçon de "Just Dance"

04 Jan 2017 - by Médo

picto-milestones

Révolutionnaire en son époque, le T.A.M.I Show a visuellement marqué l’esprit de nombreux jeunes américains au moment de sa diffusion le 29 décembre 1964. Enregistré en 2 jours, dans les conditions d’un concert, ce spectacle musical offert aux étudiants, a permis au pays de découvrir le gratin de la musique américano-anglaise, avec mention particulière au « Godfather of Soul » : alias James Brown.  Beaucoup s’en souviennent …

 

Une gestuelle mythique

Une gestuelle mythique

Un contexte en premier lieu

Steve Binder et ses potes du « Steve Allen Show » avait mis les petits plats dans les grands à l’occasion de l’enregistrement de l’inédit T.A.M.I Show (abréviation de Teenage Awards Music International). Un important dispositif bien rôdé, prêt à utiliser les toutes dernières technologies en terme de réalisation. On parle alors du procédé révolutionnaire d’ « Electronovision », qui demeurera ensuite abandonné et même obsolète. Afin de sublimer le contenu du spectacle devenu aujourd’hui une référence, les artistes les plus prometteurs avaient été invités : The Beach Boys, The Supremes, Chuck Berry, Gerry & The Pacemakers, Marvin Gaye et bien d’autres… Pour conclure le show diffusé en prime time pendant les fêtes, l’équipe technique avait réservé du très lourd, sans se soucier des conséquences qu’elles pourraient générer plus tard. The Rolling Stones et leur emblématique Mick Jagger auront le dernier mot, n’en déplaise au capricieux James Brown vexé, qui à sa manière, va prouver qu’il est bien le clou de ce T.A.M.I Show. Le plus naturellement possible, en déployant un pêle-mêle de contorsions invraisemblables à toute vitesse. Depuis son « Night Train » datant de 1961, le gominé a le vent en poupe. Il multiplie les facéties sur scène et sa façon de bouger son popotin, entre progressivement dans la légende : « Je vais tout massacrer ! », le mec a pris le soin de prévenir son entourage, au cas où ils seraient pris par surprise.

Une prestation référencée

Dans la chanson « When the world is running down… », le groupe The Police, par l’intermédiaire son chanteur-bassiste-compositeur Sting, mentionne d’emblée la couleur :

« Turn on my V.C.R. (J’allume mon magnétoscope VCR)
Same one I’ve had for years (Le même que j’ai depuis des lustres)
James Brown on the T. A. M. I. Show (James Brown et sa presta au Tami Show)
Same tape I’ve had for years (La même cassette que j’ai depuis des années)»

S’il y a bien une prestation d’ensemble qui est loin d’être passée inaperçue auprès des nombreux téléspectateurs, c’est bel et bien celle de « Jean Brun », littéralement déchaîné tout au long d’une mise en scène des plus soignées. C’est au T.A.M.I Show que ce dernier aura eu l’idée d’initier le rituel de la cape remise sur ses épaules par Danny Ray, lors du fameux morceau de 1956 : « Please, please, please », évoquant le quotidien d’un homme rongé par le chagrin, épuisé de supplier son ex petite amie. Artiste visionnaire, Brown a une idée pour sa carrière. Il lui faut être unique en son genre s’il veut devenir indiscutable vis à vis d’une vaste majorité, cet ambassadeur culturel tant attendu, par tout un peuple noir lassé de passer au second rang.

Mick Jagger en a pris de la graine

C’est donc dans les studios de l’auditorium de Santa Monica (lieu qui accueillait le T.A.M.I) qu’il a su se mettre minable, au point de laisser tout le monde en état d’hystérie. Ses musiciens The Famous Flames d’abord, habitués aux multiples frasques de leur energumen-ignorant en théorie musicale-, ont dû se rendre à l’évidence. Grâce à l’exemplaire générosité sur scène montrée par le Patron, il ne pouvait qu’accroître leur réputation, lancer plus tard leur projet solo. Les membres du public eux aussi, n’ont pas été épargnés par l’onde de choc, saisissante jusqu’au dernier des orteils. Présent dans la fosse aux côtés des midinettes aux yeux écarquillés, Mick Jagger attendait patiemment son tour, censé représenter l’apothéose, le bouquet final de ce concept de show sans fin. Finalement, il s’est laissé envahir par la fougue son aîné de dix ans tout rond, comme les autres, légèrement complexé par la gestuelle si naturelle du prédécesseur à la peau colorée. Lorsque viendra son tour, il reproduira quelques tricks, assimilés à l’image d’un « Néo » dans Matrix, à la va-vite, ce qui vaudra son pesant d’or auprès de ses fans d’outre-Atlantique appréciant son rock-n-roll si péchu, si insolent. La performance de Brown lui a ouvert la voie. Il a compris ce jour là, qu’à l’avenir, il faudrait vraiment mouiller le maillot et non se cantonner à un rôle de play-boy en faisant du la la la. Il s’est d’ailleurs souvent exprimé sur le sujet (cf: documentaire : Mr Dynamite, the rise of James Brown)

Car en 1964, mettre en avant un artiste de couleur populaire ne convenait pas à tout le monde à l’intérieur même du pays. L’insistance de propulser Jagger au premier plan du T.A.M.I provenait bien de là-haut dans les bureaux, naturellement. Si pendant sa longue et tumultueuse carrière, Brown n’a jamais cessé d’unir les amateurs des pistes de danse (à défaut de disposer d’amis fidèles), grâce à une kyrielle de tubes, pour la plupart construits sur des structures harmoniques basiques (Sex machine en est l’exemple parfait), son influence ne bénéficiait pas d’une telle unanimité au début des 60’s, période pendant laquelle il relançait sa carrière, prêt à aborder le virage funk qui allait tout rafler sur son passage. Mais ses excès ont fini par le rendre incontournable aux yeux de quasi-tous, à force d’une abnégation sans faille, jonchée de remises en question entre deux whiskeys. Abandonné par ses parents, élevé dans une maison close, le jeune gamin du sud s’est battu sans relâche, atteignant au péril de sa réputation souvent ternie par ses comportements grossiers, les plus hauts sommets de la scène internationale à base d’un mélange soul évolutif menant du gospel au funk. Jusqu’à sa mort, le 25 décembre 2006, »Mr Dynamite » aura joui de nombreuses rentes de droits d’auteur en bon capitaliste affirmé, lui qui sera resté un fervent soutien de poids du camp républicain. Il aura également inspiré un stock d’artistes d’horizons divers, comme un certain Mick Jagger, jeune anglais de 21 ans dont le charisme a également dépassé les limites du raisonnable plus tard à travers l’histoire de la musique. A l’image de James Brown, il savait puiser chez les autres, tout en ayant l’intelligence de connaître prématurément les clés d’une réussite assurée. Ils sont ces facteurs X !  

Hey James, tu préfères les brunes ou les blondes ? Chez moi, elles sont rousses ... "

Hey James, tu préfères les brunes ou les blondes ? Chez moi, elles sont rousses … « 

« Je leur ai appris tout ce qu’ils savent, mais pas tout ce que je sais. » James Brown

(www.us-full.com)

Obama : le jour d'après

Road to the 51st Superbowl #2

Bercé par la culture nord-américaine depuis sa tendre enfance, Mehdi a longtemps été journaliste sportif en France et à proximité. Il reste également, un grand passionné de jazz et d'histoire de la musique.
2018
avril
05

Au fil des algorithmes #2

01

Devine qui vient "diner" ?

mars
16

Un soupçon de Louisiane à Toulouse

13

Du Brautigan à toutes les sauces

08

Au fil des algorithmes #1

05

Qui es tu Judah Roger ?

février
25

De l'or dans les crosses

14

Aux 4 coins du Déli Drop

05

Les Aigles ne voleront plus jamais avec les pigeons

janvier
26

Fanny sous le Grammy

21

Les "Kangourous" de la NBA

11

Le Buffalo Bide !

08

The Strokes y sont allés fort d'entrée

2017
novembre
19

Clermont-Ferrand fête la 30e de Jazz en Tête

02

Nicola Jokic, la « Pépite » de Denver

octobre
19

Del Bello nous donne son "hockey"

14

Quelle Bérézina pour les USA !

09

NBA : des Français à tous les étages

septembre
26

Kareem Hunt , nouveau "Chef" de Kansas

10

Sample Time : Quand le Hip-Hop pilla James Brown

juillet
23

Olafur Eliasson fait le MAC

19

Dédé la menace n'a plus peur de personne

12

Tom Tom Club, ou le coup de génie d’une moitié de Talking Heads !

04

50 années d'absence

03

Catch à l'Est

juin
13

Ils en ont plein le dos

06

Le Ghetto Blaster « Us Full Lab » #2

05

Quiz Michael Jordan, ce businessman #1

mai
30

La NASA reprend ses bouffées de chaleur

29

Golden State retourne à la chasse aux Cavs

22

Le "Ghetto blaster" UsFullLab #1

18

Black Hole Seum

16

Quiz Beyoncé Knowles ? #1

15

Le train est arrivé, Cooper s'en est chargé !

12

Même rengaine pour les Capitals

09

Lebron James a choisi la France

avril
20

Chine vs USA : Trump, tigre de papier ?

14

Donald Trump et le Vatican : incertitudes et différends

mars
12

Bientôt les playoffs !

06

Querrey redonne un léger sourire à sa patrie

février
27

Sacré baptême du feu pour Môssieur McCourt

07

A night to remember Mister Brady

05

Alex Morgan, une icône du foot féminin à Lyon

05

Immigration et criminalité: les Etats-Unis vont droit dans le mur

02

Quiz Mc's du hip hop #1

janvier
21

Road to the Superbowl #4: Houston, ils arrivent

19

"Alleycat" cet EP qui a du chien

19

Rencontre avec la photographe Dana Washington

13

Road to the Superbowl #3

12

La course au MVP

10

Quiz "Divas" ou presque #1

07

Road to the 51st Superbowl #2

04

"James Brown on the T.A.M.I Show ! "

2016
décembre
30

Obama : le jour d'après

30

Woods : après les bougies, le charbon !

09

Numz ouvre le bal

08

NBA #Week 6 : embouteillages à l'Est

07

Breakfast à la Française

06

Road to the 51st Super Bowl

02

Carolina Panthers : Pour réchauffer les cœurs

01

Cam Newton : Le Superman de la NFL

01

Charlotte Hornets : Il est l’heure de s’envoler

novembre
24

Quiz "Acteurs d'Hollywood" #1

22

NBA #Week 4 : Les cadors s'envolent

22

Ignacio Piatti : une star sur le tard

21

Muerte a Los Pixies !

20

Quiz "Michael Jackson" #1

18

Road trip entre Montréal & Toronto

16

NBA #Week 3 : Les fossés se creusent

14

"The Shins" enclenchent le 5e

09

Donald Trump vainqueur, le populisme au pouvoir

09

Un bon coup de batte

08

NBA #Week2 : du diesel dans certains moteurs ...

07

Mitchell a osé le Choco-wine

06

Trump / Clinton : démocratie, es-tu là ?

04

Par ici la monnaie !

01

"Une culture avant tout"

01

NBA #Week1 : Fallait vraiment pas être en retard !

octobre
31

Le clown "ricain" a le blues

29

Quiz "Tom Hanks"

27

An 53 après MJ : pourquoi il n'en restera qu'un !

27

La plus new-yorkaise des Californiennes

25

NBA : la playlist de la rentrée #1

23

Lillard lance sa saison avec The Letter O

20

Quiz Malcolm #1

19

Esperanza S, Emily D, peu importe !

19

Ce clin d'oeil au retrogaming

18

Kaepernick ou la reprise de la lutte

17

Ce jour où Coyote a presque obtenu gain de cause

14

Abdul-Jabbar ne doit rien au hasard

13

Matthews dans la légende en un seul match !

12

TAKE FIVE : le standard qui a failli passer à la trappe

11

"Hoops", I did it again !

10

"Five Guys" faudra repasser !

09

Pas touche à l'oseille du Grand-Père !

07

Quiz "Présidents des Etats-Unis" #1

07

Big Mac + Hip Hop = Flop

06

El Guaje poursuit son Eldorado

06

Minnie l'ange des 70's

05

Hope Solo garde espoir

04

Derniers presque Premiers

03

La voie "rock" du Sting

03

Et au final, c'est le pop-corn qui gagne

03

Horry : "Olajuwon le meilleur de tous"

01

Asur mélange volontairement ses pinceaux

01

BLACK LEGEND : les accords Blum-Byrnes

01

Nyne à la recherche du temps perdu

septembre
25

Coltrane/Davis : de l'eau dans le jazz

23

Des studios au terrain !

16

Ils causent aussi "ballon" ces Québécois

13

"Nola" les emballe tous !

09

Serena a dépassé le « Maître »

08

L'Académie des 9

07

Ils sont le "jazz" - Episode 1

05

Kaepernick a crevé l'abcès

août
29

Happy Kobe Bryant Day

21

Quiz Tony Parker

21
Featured Image Placeholder

Merci TP !

16

FOOD PORN : l'intouchable Cronut d'Ansel

juillet
31

Vers une MLS à la sauce « Big Brother » ?

16

Quiz Mc Donalds

juin
13

Crosby a remis la main sur son Précieux

13

Quiz - Géographie des Etats-Unis

mai
23

Obama deux mandats, deux visages

23

Charles Barkley attend toujours son heure