Immigration et criminalité: les Etats-Unis vont droit dans le mur

Rideau de fer

05 Fév 2017 - par Marie B

Immigration et criminalité: les Etats-Unis vont droit dans le mur

Rideau de fer

05 Fév 2017 - by Marie B

picto-pentagon

Les premières semaines de l’ « Homme orange » ont été rentables : Donald Trump a réussi à se mettre à dos la justice fédérale et plusieurs dirigeants internationaux (Iran et Mexique notamment) en signant des décrets pour lutter contre l’immigration illégale. Entre les barbelés et le mur en béton, on décrypte la vieille rengaine qui associe immigrés et criminalité.

Le résultat de la politique "Trumpiste", jusque dans les assiettes ...

Le résultat de la politique « Trumpiste », jusque dans les assiettes …

« J’ai un message pour les trafiquants de drogue, les membres de gangs et les cartels…vos jours sont comptés ». C’est par cette douce promesse que Donald Trump avait conclu son discours de campagne au mois d’octobre en Floride. Ciblant spécifiquement les Mexicains, le ton plaît et a relancé le débat sur le lien entre immigration et criminalité organisée. Outre le caractère xénophobe, cette idée que Trump n’a pas inventée, empêche de comprendre la complexité de la criminalité transnationale, bien réelle.

Donald Trump a démarré son mandat en grande pompe signant décrets sur décrets sur sa promesse de campagne : la lutte contre l’immigration. Il promet la construction d’un mur sur les 3 200 km de frontière avec le Mexique pour protéger les États-Unis des «trafiquants de drogue, criminels et violeurs » en provenance du Mexique et d’Amérique centrale. La rhétorique vise aussi la communauté hispanique sur le territoire et ceux ayant un casier judiciaire, dont les membres pourront être expulsés plus facilement.

L’Amérique latine et les pays d’Amérique centrale ont toujours représenté un intérêt particulier pour la politique de réduction des drogues des États-Unis. Souffrant à échelle nationale du trafic de drogues, ces pays seraient aussi des points clés sur la route de la drogue et les gangs sévissant en Amérique Centrale, jugés « transnationaux 1», participeraient à l’acheminement des substances illicites jusqu’aux États-Unis, pire, y seraient installés.

L’administration Trump s’emploie à stigmatiser les nouveaux arrivants et la communauté latino ancrée dans les quartiers périphériques. Les accuser d’être les responsables du trafic et de la violence engendrée par ce dernier est plus que réducteur mais blâmer l’immigration pour renforcer des politiques anti migratoires n’a rien de nouveau.

Vos dents sont tâchées par le tabac ? Optez pour "Dénivit" ...

Vos dents sont tâchées par le tabac ? Optez pour « Dénivit » …

Latino gangs

L’immigration mexicaine des années 1960 a été à l’origine de la création des premiers gangs latinos aux Etats-Unis2. Les nouveaux arrivants se sont massivement regroupés dans les quartiers sud de Los Angeles, à l’écart de la majorité blanche de l’époque. Plusieurs vagues d’immigration avec pour destination la Californie ont augmenté les regroupements et la ségrégation des latinos. Or les nouveaux venus ne s’entendent pas plus avec les anciens, surtout les mexicains de seconde génération, ceux qui ont réussi à plus ou moins se mélanger au reste de la population américaine.

Se forment alors des gangs en réponse à une exclusion, une marginalisation et une peur de la mafia mexicaine1. Les guerres civiles, notamment celle faisant rage au Salvador de 1980 à 1992, poussent les populations à fuir leur pays et à tenter leur chance aux États-Unis.

Sur la 18th Street, les Mexicains gèrent l’urbanisation et les trafics dès les années 1960. Les salvadoriens rejoignent ce quartier à leur arrivée, certains choisissant d’intégrer le gang du Barrio 18 alors que d’autres préfèrent s’émanciper du contrôle établi et créent les premières « clikas » (cellules) de la désormais célèbre Mara Salvatrucha entre 1985 et 19882. Le nouveau venu sur la scène du crime attire car il présente une connexion culturelle et matérielle avec les réfugiés du Salvador mais aussi avec ceux restés sur place. Les deux gangs rivaux entreprennent une lutte pour contrôler de plus en plus de territoires. En 1995, 807 meurtres ont été attribués à l’œuvre des gangs latinos dans la région de Los Angeles, battant un nouveau record dans les homicides liés à l’activité des gangs.

Three Strikes, you’re out !

Les États-Unis décident de pratiquer principalement des politiques migratoires afin de lutter contre la criminalité. Étant donné que les gangs sont perçus comme des simples produits de l’immigration, la solution principale est de limiter les flux migratoires. Sur le plan local, la Californie passe d’abord une loi relative au cadre pénal, la « Three Strikes and You’re Out », qui consiste à doubler la peine de prison pour les criminels récidivistes3. Passée cette loi, des milliers de membres de gangs de Los Angeles, dont des immigrés centro-américains, viennent gonfler les prisons déjà surpeuplées de la région. Les membres de gangs même mineurs sont considérés comme des adultes et passent eux aussi par l’emprisonnement4.

La première politique migratoire ultra restrictive au niveau fédéral est mise en place dès 1996 : la IIRIRA (Illegal Immigration Reform and Immigrant Responsability Act), accompagnée de l’Antiterrorism and Effective Death Penalty Act. Les immigrés sans papiers sont renvoyés dans leurs pays d’origine s’ils commettent un crime puni d’emprisonnement d’un an ou plus5.

S’ajoute un caractère rétroactif à cette politique d’expulsion et élargit la définition « d’aggravated fellony » en incluant la violence, le vol, l’extorsion, les infractions aux jeux d’argent et l’obstruction de la justice comme des délits suffisamment graves pour réclamer l’expulsion de ceux qui les commettent. Forcément le nombre d’expulsions augmente considérablement, il a presque doublé, passant d’environ 40 000 au début des années 1990 à 170 000 en 1999 et 350 000 en 2008, l’année d’arrivée d’Obama au pouvoir.

A droite, Tijuana (Etat de Baja California, Mexique) et à gauche, San Diego (Californie)

A droite, Tijuana (Etat de Baja California, Mexique) et à gauche, San Diego (Californie)

Rien de nouveau sous le mur

Pour casser toute idée reçue comme quoi Barack aurait été plus cool envers les migrants venus du sud du continent, il est bon de rappeler que son gouvernement a accentué sa politique de renvoi des immigrés ayant « menacé l’ordre public, la sécurité nationale, ou lié à des activités criminelles notamment de gang ».

Alors certes, Obama a annoncé en juin 2014 que le pays cesserait d’expulser les jeunes immigrés clandestins répondant à des critères précis comme être âgé de moins de 30 ans, être arrivé aux États-Unis avant l’âge de 16 ans… mais il faut évidemment n’avoir commis aucun délit et ne pas poser de problèmes de sécurité pour le pays.

L’espoir est quand même donné à environ 4 millions de jeunes sans papiers. Néanmoins, les 2/3 des deux millions de personnes expulsées depuis le début du mandat d’Obama avaient commis des délits mineurs ou n’avaient aucun casier judiciaire. “Les expulsions de sans-papiers verbalisés pour un excès de vitesse ou un tapage nocturne ont été multipliées par quatre depuis 2009” rappelle la journaliste Isabelle Piquer.

Bref, si vous ne le saviez pas encore, Obama n’était pas ultra flex à ce sujet et « The Donald » ne va pas adoucir cette politique.

Pour casser le mythe immigration – criminalité, on peut citer une étude réalisée par Ruben Rumbaut et Walter Ewing en 2007. La population de clandestins a doublé depuis 1994 (date de la signature de l’accord de libre-échange de l’ALENA), le taux global d’atteintes à l’intégrité physique des personnes1 a diminué depuis de près de 34,2% et celui des atteintes aux biens a diminué de 26,4 %2. Les villes avec de fortes populations immigrées comme Los Angeles, New York, Miami ou Chicago montrent pour la même période des taux également à la baisse.

Le crime organisé transnational est un phénomène qui, par définition, dépasse les frontières. Alors oui il n’est pas faux de dire que les criminels étrangers ont une certaine influence sur la criminalité interne. La connexion avec leurs pays d’origine permet de tisser des liens plus forts entre production et vente de la drogue. Ils ne sont pas branchés circuit court. Et il est aussi peu contestable de souligner la porosité de la frontière Etats-Unis – Mexique quand on compte le nombre de kilomètres de tunnels creusés par les cartels (El Chapo, nommé meilleur ouvrier du BTP 2015) pour aller écouler pépos la drogue de l’autre côté.

Le hic, c’est que la politique anti-migrants et de surcroît, anti-latino détourne le débat sur une réelle coopération transnationale sécuritaire avec le reste du continent américain. La mondialisation du crime est différente de l’immigration. Les cas d’étrangers qui font partie de bandes criminelles transfrontalières n’ont rien à voir avec la logique des flux migratoires et, dans la plupart des cas, ses membres se déplacent d’un pays à l’autre comme de simples touristes ou des visiteurs occasionnels. Rejeter simplement et purement la faute sur des communautés déjà stigmatisées bien que de moins en moins minoritaires (Los Angeles compte plus de 48% d’hispaniques) ne réduit en rien les problèmes liés aux organisations transnationales du trafic. 

Sources et références :

1: Le Guatemala, le Honduras et le Salvador sont considérés comme des « pays de transit » pour le cannabis, la cocaïne et l’héroïne ayant pour destination le Mexique. Pour le FBI, les gangs ne sont pas considérés comme des grandes structures du narcotrafic mais contribuent à leur transit.

2:  VALDEZ Al, Gangs : A Guide to Understanding Street Gangs, 1997.

3: FRANCO Celinda, « The MS-13 and 18th Street Gangs : Emerging Transnational Gang Threats ? », Report for the Congress, 2008

4: SAVENIJE Wim, « Las pandillas transnacionales Mara Salvatrucha y Barrio 18st. : Una tensa combinación de exclusión social, delincuencia y respuestas represivas », dans T. Lesser, B. Fernandez, L. Cowie et N. Bruni (eds.), Intra-Caribbean Migration and the Conflict Nexus, San Salvador: FLASCO Programa El Salvador, 2006, pp. 205-228.

5: Si le délinquant récidive une première fois, sa peine sera doublée comparé à la première sentence. Si le délinquant récidive deux fois ou plus, la peine sera cette fois de 25 ans minimum et pouvant aller jusqu’à perpétuité.

Source : California Courts, California’s Three Strikes Sentencing Laws, Judicial Council of California / Administrative Office of the Courts

6: ARANA Ana, «How the Street Gangs Took Central America», Foreign Affairs 84, No.3, 2005

7: MATEI C. Florina, « The Impact of U.S. Anti-gang Policies in Central America : Quo Vadis ? »

8: La catégorisation des infractions n’est pas tout à fait la même aux États-Unis qu’en France, on parlerait de « violent crimes », une catégorie plus large que celle du code pénal français.

9: Cité par F. Moreno dans un article de « Contrepoints »

Pour aller plus loin :

https://www.franceculture.fr/emissions/culturesmonde/drogues-les-guerres-sans-fin-24-le-tout-repressif-un-instrument-de-controle

www.us-full.com

Quiz Mc's du hip hop #1

Alex Morgan, une icône du foot féminin à Lyon

Passionnée de géopolitique, Marie a un petit faible pour les groupes armés et les gangs. Elle vogue sur l'axe Paris-Lyon-Marseille, du hip-hop US dans les oreilles.
2018
avril
05

Au fil des algorithmes #2

01

Devine qui vient "diner" ?

mars
16

Un soupçon de Louisiane à Toulouse

13

Du Brautigan à toutes les sauces

08

Au fil des algorithmes #1

05

Qui es tu Judah Roger ?

février
25

De l'or dans les crosses

14

Aux 4 coins du Déli Drop

05

Les Aigles ne voleront plus jamais avec les pigeons

janvier
26

Fanny sous le Grammy

21

Les "Kangourous" de la NBA

11

Le Buffalo Bide !

08

The Strokes y sont allés fort d'entrée

2017
novembre
19

Clermont-Ferrand fête la 30e de Jazz en Tête

02

Nicola Jokic, la « Pépite » de Denver

octobre
19

Del Bello nous donne son "hockey"

14

Quelle Bérézina pour les USA !

09

NBA : des Français à tous les étages

septembre
26

Kareem Hunt , nouveau "Chef" de Kansas

10

Sample Time : Quand le Hip-Hop pilla James Brown

juillet
23

Olafur Eliasson fait le MAC

19

Dédé la menace n'a plus peur de personne

12

Tom Tom Club, ou le coup de génie d’une moitié de Talking Heads !

04

50 années d'absence

03

Catch à l'Est

juin
13

Ils en ont plein le dos

06

Le Ghetto Blaster « Us Full Lab » #2

05

Quiz Michael Jordan, ce businessman #1

mai
30

La NASA reprend ses bouffées de chaleur

29

Golden State retourne à la chasse aux Cavs

22

Le "Ghetto blaster" UsFullLab #1

18

Black Hole Seum

16

Quiz Beyoncé Knowles ? #1

15

Le train est arrivé, Cooper s'en est chargé !

12

Même rengaine pour les Capitals

09

Lebron James a choisi la France

avril
20

Chine vs USA : Trump, tigre de papier ?

14

Donald Trump et le Vatican : incertitudes et différends

mars
12

Bientôt les playoffs !

06

Querrey redonne un léger sourire à sa patrie

février
27

Sacré baptême du feu pour Môssieur McCourt

07

A night to remember Mister Brady

05

Alex Morgan, une icône du foot féminin à Lyon

05

Immigration et criminalité: les Etats-Unis vont droit dans le mur

02

Quiz Mc's du hip hop #1

janvier
21

Road to the Superbowl #4: Houston, ils arrivent

19

"Alleycat" cet EP qui a du chien

19

Rencontre avec la photographe Dana Washington

13

Road to the Superbowl #3

12

La course au MVP

10

Quiz "Divas" ou presque #1

07

Road to the 51st Superbowl #2

04

"James Brown on the T.A.M.I Show ! "

2016
décembre
30

Obama : le jour d'après

30

Woods : après les bougies, le charbon !

09

Numz ouvre le bal

08

NBA #Week 6 : embouteillages à l'Est

07

Breakfast à la Française

06

Road to the 51st Super Bowl

02

Carolina Panthers : Pour réchauffer les cœurs

01

Cam Newton : Le Superman de la NFL

01

Charlotte Hornets : Il est l’heure de s’envoler

novembre
24

Quiz "Acteurs d'Hollywood" #1

22

NBA #Week 4 : Les cadors s'envolent

22

Ignacio Piatti : une star sur le tard

21

Muerte a Los Pixies !

20

Quiz "Michael Jackson" #1

18

Road trip entre Montréal & Toronto

16

NBA #Week 3 : Les fossés se creusent

14

"The Shins" enclenchent le 5e

09

Donald Trump vainqueur, le populisme au pouvoir

09

Un bon coup de batte

08

NBA #Week2 : du diesel dans certains moteurs ...

07

Mitchell a osé le Choco-wine

06

Trump / Clinton : démocratie, es-tu là ?

04

Par ici la monnaie !

01

"Une culture avant tout"

01

NBA #Week1 : Fallait vraiment pas être en retard !

octobre
31

Le clown "ricain" a le blues

29

Quiz "Tom Hanks"

27

An 53 après MJ : pourquoi il n'en restera qu'un !

27

La plus new-yorkaise des Californiennes

25

NBA : la playlist de la rentrée #1

23

Lillard lance sa saison avec The Letter O

20

Quiz Malcolm #1

19

Esperanza S, Emily D, peu importe !

19

Ce clin d'oeil au retrogaming

18

Kaepernick ou la reprise de la lutte

17

Ce jour où Coyote a presque obtenu gain de cause

14

Abdul-Jabbar ne doit rien au hasard

13

Matthews dans la légende en un seul match !

12

TAKE FIVE : le standard qui a failli passer à la trappe

11

"Hoops", I did it again !

10

"Five Guys" faudra repasser !

09

Pas touche à l'oseille du Grand-Père !

07

Quiz "Présidents des Etats-Unis" #1

07

Big Mac + Hip Hop = Flop

06

El Guaje poursuit son Eldorado

06

Minnie l'ange des 70's

05

Hope Solo garde espoir

04

Derniers presque Premiers

03

La voie "rock" du Sting

03

Et au final, c'est le pop-corn qui gagne

03

Horry : "Olajuwon le meilleur de tous"

01

Asur mélange volontairement ses pinceaux

01

BLACK LEGEND : les accords Blum-Byrnes

01

Nyne à la recherche du temps perdu

septembre
25

Coltrane/Davis : de l'eau dans le jazz

23

Des studios au terrain !

16

Ils causent aussi "ballon" ces Québécois

13

"Nola" les emballe tous !

09

Serena a dépassé le « Maître »

08

L'Académie des 9

07

Ils sont le "jazz" - Episode 1

05

Kaepernick a crevé l'abcès

août
29

Happy Kobe Bryant Day

21

Quiz Tony Parker

21
Featured Image Placeholder

Merci TP !

16

FOOD PORN : l'intouchable Cronut d'Ansel

juillet
31

Vers une MLS à la sauce « Big Brother » ?

16

Quiz Mc Donalds

juin
13

Crosby a remis la main sur son Précieux

13

Quiz - Géographie des Etats-Unis

mai
23

Obama deux mandats, deux visages

23

Charles Barkley attend toujours son heure