Golden State retourne à la chasse aux Cavs

Du sang, de la chique et du molard

29 Mai 2017 - par Médo

Golden State retourne à la chasse aux Cavs

Du sang, de la chique et du molard

29 Mai 2017 - by Médo

 picto-i-love-this-gameRenforcés par l’apport inestimable de Kevin Durant, les Golden State Warriors enchaîneront une 3e finale NBA consécutive. Dès jeudi, après un parcours sans faute en playoffs, ils retrouveront les Cleveland Cavaliers, vainqueurs l’an passé en 7 matchs (bien que menés 3-1), avec la ferme intention cette fois de récupérer leur trophée (remporté en 2015). Annoncés comme favoris, ils possèdent de nombreux arguments pour espérer triompher face à la bande de Lebron James.
Voici 5 bonnes raisons de mettre un petit billet sur eux…

Attention, lutte acharnée en vue !

Attention, lutte acharnée en vue ! N’est ce pas Kyrie Irving ?

1/ Ils seront au complet

Absent lors des deux derniers matchs de finale de conférence face aux Spurs de Kawhi Leonard, le grand dadet géorgien Zaza Pachulia sera bel et bien présent dès le match 1, ce qui constitue une très bonne nouvelle pour les Warriors. En effet, même si son rendement offensif n’aidera que très peu, ce sont de ses talents défensifs dont Golden State aura besoin. Lui, tout comme Draymond Green et Javale McGee, auront pour mission de minimiser les exploits de Lebron James, et à moindre échelle de ceux de Tristan Thompson, le pivot en pleine forme des Cavaliers : « C’est bon d’avoir une semaine de repos. J’ai pu me préparer mentalement et physiquement pour jouer Cleveland », assurait Pachulia, tout détendu. Ses partenaires n’ont fait qu’une bouchée de San Antonio en son absence, toutefois avec lui et sa vingtaine de minutes sur le parquet, ils bénéficieront de davantage de certitudes dans la raquette.

2 / Leur banc tient plus que la route

C’est une véritable aubaine de pouvoir assister à une opposition aussi indécise. En 2015, Golden State s’était octroyé le titre en 6 matchs (4-2), contre des Cavaliers orphelins de deux pièces maîtresses : Kevin Love et Kyrie Irving, tous deux blessés au pire des moments. L’an passé, Lebron James s’était remis en question, tirant la quintessence de l’ensemble d’une franchise qui se trouvait alors dos au mur. Cleveland avait pu remonter un 3-1, ce qui n’était jamais arrivé dans l’histoire (victoire des Cavs 4-3). Chacun de son côté, chaque joueur aura une motivation particulière à l’idée d’aborder ces finales. Vu la kyrielle de talents sur le parquet, la différence pourrait se faire via l’apport des bancs respectifs dans les moments creux.

A ce jeu là, les Warriors possèdent un léger avantage avec quelques joueurs expérimentés, déjà champions NBA :  André Iguodala (MVP des finales 2015), Shaun Livingston, sans oublier la recrue Javale McGee, dont l’apport peut s’avérer intéressant. Chez les Cavs, on ne peut pas en dire autant, même si le coach Tyronn Lue dispose de plus d’un tour dans son sac. En tout état de cause, Kyle Korver ne shoote pas aussi sereinement qu’à Atlanta, Channing Frye paraît bien trop irrégulier, JR Smith quant à lui, revient tout juste d’une grosse blessure et l’accumulation des matchs pourraient lui faire siffler des mollets, à force d’intensité et de stress.

3 / Avantage au quatuor des Warriors plutôt qu’au trio des Cavs

Si les deux franchises en sont là, ce n’est pas dû au hasard, ça c’est certain. Golden State est invaincu depuis le début des playoffs (12 victoires consécutives), car tout le monde est au rendez-vous, que ce soit Stephen Curry, Kevin Durant, Klay Thompson et même Draymond Green, le véritable baromètre du groupe. Cela offre un quatuor gonflé à bloc, surtout que Durant est venu renforcer les Warriors dans l’espoir d’ajouter une première bague à son palmarès après plusieurs échecs avec les Thunders d’Oklahoma. Dans tous les compartiments du jeu, les Californiens semblent légèrement au-dessus, notamment sur la fiabilité de leurs shooteurs, même si en terme d’individualités, la question pourra toujours se poser. Néanmoins, si l’un des membres du trio adverse prend feu lors d’un quelconque instant, ils ne pourront que se contenter des rôles de spectateurs impuissants. Chez les Cavs, Kevin Love sait également prendre ses responsabilités si jamais Lebron James accuse le coup. Que dire de Kyrie Irving, capable d’endosser le rôle du bourreau des Warriors à tout moment, à l’image de ses performances éblouissantes lors des finales 2016. De toute manière, le futur vainqueur devra obligatoirement se sublimer s’il veut obtenir le dernier mot, et ce le plus régulièrement possible.

4 / Golden State dispose d’une arme anti-James

Lebron James est conscient que l’impact du coach adjoint Mike Brown aura toute son importance dans cette série. Le bras droit de Steve Kerr (actuel coach de Golden State) a déjà coaché le leader des Cavaliers & James s’en méfie comme le lait sur le feu : « Il est si bon défensivement et c’est certain qu’il peut les aider, » avouait ce dernier qui disputera sa huitième finale NBA consécutive (Trois gagnées).

Reste à savoir quels dispositifs défensifs les Warriors mettront en place pour arrêter James ?  Vexé de ne pas avoir été retenu dans le trio de tête des potentiels MVP, Lebron affiche un niveau exceptionnel lors de ces playoffs 2017 (excepté un raté lors du match 3 contre les Celtics en finale de conférence). Il vient même de dépasser l’illustre Michael Jordan, au 1er rang des meilleurs marqueurs de l’histoire en playoffs. Il faudra des Warriors bien concentrés pour contenir les assauts de cette force de la nature, considéré aujourd’hui comme l’un des plus grands joueurs de tous les temps.

Attention,sacré duel en vue (Kevin Durant vs Lebron James) (Getty Images)

Attention, sacré duel en vue ! (Kevin Durant vs Lebron James) (Getty Images)

5 / Les Warriors vont s’imposer 4-2 c’est écrit !

Ok, inutile de s’enflammer tant que cela n’a pas commencé ! Mais tout de même, il est difficile de croire que les Cavaliers obtiendront cette fois le dernier mot tant on les a parfois vus bafouiller leur basket en saison régulière. Côté Warriors, rares ont été les trous d’air au fil des mois. De toute manière, tout le monde semble bien impliqué en vue de ces finales, qui opposeront les deux franchises les plus fiables des trois dernières années, cette même affiche qu’en 2015 & 2016.

Chers amis européens, il va falloir faire des siestes !

Chers amis européens, il va falloir faire des siestes !

Il s’agit même de la première fois qu’un tel scénario se produit dans l’histoire de la NBA (la 5e fois dans l’histoire des sports majeurs nord-américains). D’ici jeudi, la température va doucement augmenter jusqu’à à ce premier match à l’Oracle Arena d’Oakland dans une ambiance indescriptible, on commence à en avoir l’habitude. C’est d’ailleurs dans cette salle, qu’aurait potentiellement lieu un tant attendu 7e match, comme l’année dernière où les Cavaliers avaient su faire redescendre tout le monde sur terre, au terme d’un finish à couper le souffle.

(Sources : www.us-full.com / Nba.com / thevertical.com)

Le "Ghetto blaster" UsFullLab #1

La NASA reprend ses bouffées de chaleur

Bercé par la culture nord-américaine depuis sa tendre enfance, Mehdi a longtemps été journaliste sportif en France et à proximité. Il reste également, un grand passionné de jazz et d'histoire de la musique.
2018
avril
05

Au fil des algorithmes #2

01

Devine qui vient "diner" ?

mars
16

Un soupçon de Louisiane à Toulouse

13

Du Brautigan à toutes les sauces

08

Au fil des algorithmes #1

05

Qui es tu Judah Roger ?

février
25

De l'or dans les crosses

14

Aux 4 coins du Déli Drop

05

Les Aigles ne voleront plus jamais avec les pigeons

janvier
26

Fanny sous le Grammy

21

Les "Kangourous" de la NBA

11

Le Buffalo Bide !

08

The Strokes y sont allés fort d'entrée

2017
novembre
19

Clermont-Ferrand fête la 30e de Jazz en Tête

02

Nicola Jokic, la « Pépite » de Denver

octobre
19

Del Bello nous donne son "hockey"

14

Quelle Bérézina pour les USA !

09

NBA : des Français à tous les étages

septembre
26

Kareem Hunt , nouveau "Chef" de Kansas

10

Sample Time : Quand le Hip-Hop pilla James Brown

juillet
23

Olafur Eliasson fait le MAC

19

Dédé la menace n'a plus peur de personne

12

Tom Tom Club, ou le coup de génie d’une moitié de Talking Heads !

04

50 années d'absence

03

Catch à l'Est

juin
13

Ils en ont plein le dos

06

Le Ghetto Blaster « Us Full Lab » #2

05

Quiz Michael Jordan, ce businessman #1

mai
30

La NASA reprend ses bouffées de chaleur

29

Golden State retourne à la chasse aux Cavs

22

Le "Ghetto blaster" UsFullLab #1

18

Black Hole Seum

16

Quiz Beyoncé Knowles ? #1

15

Le train est arrivé, Cooper s'en est chargé !

12

Même rengaine pour les Capitals

09

Lebron James a choisi la France

avril
20

Chine vs USA : Trump, tigre de papier ?

14

Donald Trump et le Vatican : incertitudes et différends

mars
12

Bientôt les playoffs !

06

Querrey redonne un léger sourire à sa patrie

février
27

Sacré baptême du feu pour Môssieur McCourt

07

A night to remember Mister Brady

05

Alex Morgan, une icône du foot féminin à Lyon

05

Immigration et criminalité: les Etats-Unis vont droit dans le mur

02

Quiz Mc's du hip hop #1

janvier
21

Road to the Superbowl #4: Houston, ils arrivent

19

"Alleycat" cet EP qui a du chien

19

Rencontre avec la photographe Dana Washington

13

Road to the Superbowl #3

12

La course au MVP

10

Quiz "Divas" ou presque #1

07

Road to the 51st Superbowl #2

04

"James Brown on the T.A.M.I Show ! "

2016
décembre
30

Obama : le jour d'après

30

Woods : après les bougies, le charbon !

09

Numz ouvre le bal

08

NBA #Week 6 : embouteillages à l'Est

07

Breakfast à la Française

06

Road to the 51st Super Bowl

02

Carolina Panthers : Pour réchauffer les cœurs

01

Cam Newton : Le Superman de la NFL

01

Charlotte Hornets : Il est l’heure de s’envoler

novembre
24

Quiz "Acteurs d'Hollywood" #1

22

NBA #Week 4 : Les cadors s'envolent

22

Ignacio Piatti : une star sur le tard

21

Muerte a Los Pixies !

20

Quiz "Michael Jackson" #1

18

Road trip entre Montréal & Toronto

16

NBA #Week 3 : Les fossés se creusent

14

"The Shins" enclenchent le 5e

09

Donald Trump vainqueur, le populisme au pouvoir

09

Un bon coup de batte

08

NBA #Week2 : du diesel dans certains moteurs ...

07

Mitchell a osé le Choco-wine

06

Trump / Clinton : démocratie, es-tu là ?

04

Par ici la monnaie !

01

"Une culture avant tout"

01

NBA #Week1 : Fallait vraiment pas être en retard !

octobre
31

Le clown "ricain" a le blues

29

Quiz "Tom Hanks"

27

An 53 après MJ : pourquoi il n'en restera qu'un !

27

La plus new-yorkaise des Californiennes

25

NBA : la playlist de la rentrée #1

23

Lillard lance sa saison avec The Letter O

20

Quiz Malcolm #1

19

Esperanza S, Emily D, peu importe !

19

Ce clin d'oeil au retrogaming

18

Kaepernick ou la reprise de la lutte

17

Ce jour où Coyote a presque obtenu gain de cause

14

Abdul-Jabbar ne doit rien au hasard

13

Matthews dans la légende en un seul match !

12

TAKE FIVE : le standard qui a failli passer à la trappe

11

"Hoops", I did it again !

10

"Five Guys" faudra repasser !

09

Pas touche à l'oseille du Grand-Père !

07

Quiz "Présidents des Etats-Unis" #1

07

Big Mac + Hip Hop = Flop

06

El Guaje poursuit son Eldorado

06

Minnie l'ange des 70's

05

Hope Solo garde espoir

04

Derniers presque Premiers

03

La voie "rock" du Sting

03

Et au final, c'est le pop-corn qui gagne

03

Horry : "Olajuwon le meilleur de tous"

01

Asur mélange volontairement ses pinceaux

01

BLACK LEGEND : les accords Blum-Byrnes

01

Nyne à la recherche du temps perdu

septembre
25

Coltrane/Davis : de l'eau dans le jazz

23

Des studios au terrain !

16

Ils causent aussi "ballon" ces Québécois

13

"Nola" les emballe tous !

09

Serena a dépassé le « Maître »

08

L'Académie des 9

07

Ils sont le "jazz" - Episode 1

05

Kaepernick a crevé l'abcès

août
29

Happy Kobe Bryant Day

21

Quiz Tony Parker

21
Featured Image Placeholder

Merci TP !

16

FOOD PORN : l'intouchable Cronut d'Ansel

juillet
31

Vers une MLS à la sauce « Big Brother » ?

16

Quiz Mc Donalds

juin
13

Crosby a remis la main sur son Précieux

13

Quiz - Géographie des Etats-Unis

mai
23

Obama deux mandats, deux visages

23

Charles Barkley attend toujours son heure